Cadres seniors : les stratégies anti-chômage

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr - Publié le 19.12.11
http://www.cadremploi.fr/edito/actu-et-conseils/boite-a-outils/mieux-postuler/sinformer-sur-son-marche/d/1/cadres-seniors-les-strategies-anti-chomage.html
Les seniors en recherche d’emploi, fragilisés par la crise, ont de plus en plus de mal à décrocher un poste stable. Conseil d’experts, pour profils expérimentés : multipliez les pistes !
Ca ne va pas fort pour les séniors, qui font grise mine même sur la Côte d’Azur nous rapporte Nice-Matin. Les plus de 50 ans sont les premières victimes de la forte hausse du chômage : fin octobre, le nombre de «quinquas» inscrits à Pôle emploi a grimpé de 1,4 % sur un mois, soit une progression +15,3 % sur un an. Bref, il ne fait pas bon être senior en temps de crise. Séniors, les experts le recommandent chaudement : c’est le moment de diversifier votre recherche d’emploi et de peaufiner votre stature d’expert. Voici quelques pistes pour vous y aider.
Le tutorat pour passer le relais
Comme d’autres quinquas, Gilles de Rivoyre, directeur financier passé par la banque et l’automobile, a choisi la voie du consulting en free-lance.
Depuis 2008, Jean-Eudes Tesson, PDG du groupe de logistique Tesson (650 salariés), lui a d’ailleurs confié une mission cruciale : faire monter en compétences sa propre fille de 25 ans au sein de la direction administrative et financière de l’entreprise. En d’autres termes, Gilles de Rivoyre, 57 ans, est tuteur d’une jeune pousse, au cœur de la stratégie du groupe. Le challenge a séduit ce cadre sup’ lassé du salariat : « Le tutorat est un excellent moyen de transmettre des réflexes. On dit souvent que les meilleurs acteurs copient leurs modèles ! », assure-t-il.
Le gouvernement a d’ailleurs fait du tutorat intergénérationnel l’une des priorités pour maintenir les seniors dans l’emploi. Mais pour Elisabeth Lahouze-Humbert, consultante en entreprise sur l’emploi des 50 ans et plus, on ne s’improvise pas tuteur : « Les seniors n’ont pas toujours envie d’être tuteurs, surtout si c’est juste parce que l’entreprise ne sait pas quoi faire d’eux. Pour que ça marche, le cadre doit être volontaire et formé au tutorat et sa mission doit être assortie de vrais objectifs. »
Manager de transition : l’homme de la situation
A côté du tutorat, une autre mission taillée pour la carrure d’un senior chevronné est en train d’émerger : le management de transition. De plus en plus d’entreprises et de candidats s’intéressent à ce concept souvent associé à des missions ingrates de restructurations ou de licenciements. Mais le management de transition, c’est aussi cela : « Permettre à des cadres expérimentés d’intervenir pendant 6 mois ou un an sur des missions de développement, pour lancer un produit ou pour ouvrir une usine en Asie », résume Karine Doukhan, directrice associée de Robert Half Management Resources, en charge du pôle management de transition.
Comme dans le cadre du tutorat, le vécu des seniors constitue une force : « Les entreprises apprécient l’opérationnalité, le recul et l’objectivité de ces candidats », ajoute-t-elle. D’autant qu’elles peuvent s’offrir les services d’un expert en toute flexibilité par le biais du CDD, de l’intérim ou du free-lance. Précaire ? « C’est au contraire un tremplin vers l’emploi fixe, veut croire Karine Doukhan. Ces missions permettent aux seniors de valoriser leur CV et de continuer à attirer les recruteurs. Ce n’est pas le cas si vous restez sans emploi. »
Doper son réseau
André, ancien cadre informatique resté au chômage pendant sept ans, vient lui de trouver un emploi dans une start-up grâce à une solution de parrainage proposée par la Fondation Agir contre l’exclusion (Face). Pendant six mois, il a été suivi par un parrain en entreprise ayant des compétences proches des siennes. Son rôle ? Faciliter les contacts en mettant en relation le candidat avec des personnes de son réseau. « Le fait d’être réintroduit dans un milieu et de créer des liens fait tomber la barrière de l’âge », assure Gilles Vitry, responsable de la Mission 45+ en entreprise, le programme d’accompagnement gratuit des seniors qualifiés au sein de la Face. Et, bonne nouvelle, après avoir remis sur pied une centaine de personnes depuis 2009 en Île-de-France, le dispositif devrait essaimer en 2012, notamment à Toulouse, à Montpellier et à Lilles.
PME, cabinets spécialisé, création d’entreprise : ouvrez les portes !
Au sein du cabinet de recrutement Cadres Seniors Consulting, le téléphone n’arrête en tout cas pas de sonner. Au bout du fil, des patrons de PME, surtout. « Les petites entreprises n’hésitent pas à faire appel aux seniors quand elles ont besoin de profils expérimentés tout de suite opérationnels. Car contrairement aux grands groupes, elles n’ont ni le temps, ni les moyens d’investir dans la formation d’un jeune diplômé », assure François Humbert, chasseur de têtes grisonnantes au sein du cabinet.
Karine Doukhan, elle aussi, en est persuadée : en cette période d’incertitude économique, il faut multiplier les leviers de recherche d’emploi. « Les seniors doivent faire preuve d’audace en misant sur des missions de consulting et des CDD avant de viser un CDI à tout prix et, pourquoi pas, créer une auto-entreprise ou se lancer dans la franchise ».

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »